Coaching et thérapies courtes : quelques points de repères

On a souvent tendance à considérer que le coaching est une discipline de plus à ajouter rigolotherapieau catalogue déjà fourni des relations d’aide.

Psychanalyse, psychotérapie, psychiatrie, coaching, après tout on se retrouve à chaque fois en tête à tête avec un spécialiste qui essaye de nous aider, non ?

Les apparences sont trompeuses une petite mise au point s’impose pour bien faire le bon choix :

– Le psychothérapeute est  un médecin qui a également un diplôme de psychologue. Le travail est centré sur le passé, la construction de la personnalité du patient pour pouvoir traiter des troubles induits par son histoire.

– Le psychiatre est un médecin qui va plus s’attacher à traiter les troubles biologiques du patient, sa santé mentale. Il prescrit des médicaments.

– Le psychologue n’est pas forcément médecin. Il est souvent spécialisé dans un domaine particulier (travail, famille, clinicien) et peut suivre un courant particulier. Il étudie les mécanismes psychiques et leurs effets.

-Un psychanalyste n’a pas de diplôme précis. La profession n’est pas réglementée. C’est souvent un psychologue qui a lui-même suivi une analyse de plusieurs années. Il propose un travail de longue haleine sur soi-même, il n’y a pas vraiment d’objectif. Il existe différentes écoles de psychanalyse (freudienne, lacannienne). La psychanalyse c’est surtout pour les marathoniens du développement personnel. Cela peut durer des années et on ne sait pas toujours pourquoi on continue !

– Le coach peut avoir suivi une formation spécifique. Il accompagne un coaché dans l’atteinte d’un objectif que ce dernier a défini. Un coaché n’est pas un patient. Contrairement aux disciplines précédentes on évoquera le passé du coaché mais on se tournera résolument vers l’avenir. On se lance dans un coaching pour aller encore mieux, pour se dépasser mais pas pour guérir. Le coaching peut s’appliquer à la vie personnelle ou professionnelle, tant qu’il reste ciblé sur un objectif, a sa raison d’être.

De fait la relation coach/coaché est une relation égalitaire où on se choisit, on signe un contrat qui engage le coach sur des moyens et le respect d’une déontologie et responsabilise le coaché dans son implication.

Certains détracteurs vous diront que le coaching n’est pas une profession réglementée et que n’importe qui peut s’autoproclamer coach. Cela est encore vrai mais cela risque de ne pas durer. Pour vous rassurer il suffit de vérifier que votre coach a bien obtenu une certification reconnue au niveau français (RNCP*) ou Européen (EMCC**).

Même si le coaching s’est parfois inspiré des pratiques de psychologie avec notamment la mise en place d’une supervision, il se différencie bien de par son approche et  le cadre qu’il impose.

coach_986269

 

 

 

* Registre Nationale des Certifications Professionnelles

**Europen Mentoring and Coaching Council

%d blogueurs aiment cette page :